palaisroyal.jpg
4

Le charme de Valérie Lemercier est bien particulier. Son troisième film l’est aussi, finalement, avec ce scénario mi-figue mi-raisin (Armelle est-elle une sainte ou une vraie saleté ?), et c’est bien là son originalité.
Elle-même bourrée d’un talent fou pour égrener les répliques cinglantes (ses « Bricka, vous avez mangé de l’andouillette récemment » et autres variations sont personnellement déjà dans mon carnet culte), elle a su s’entourer de petits drôles tels Catherine Deneuve, dans un rôle littéralement écrit pour elle, Michel Aumont qui joue d’une étrange voix flûtée, Gilbert Melki et sa présence bestiale, etc, etc, etc.
Mon problème a peut-être été d’en attendre un peu trop du film – c’est là l’inconvénient à voir quelque chose après tout le monde – parce qu’on est tout de même loin de la comédie parfaite.

Parcourez d’autres billets :