lord_of_war.jpg
4_5

Ça commence sur un générique fascinant, peut-être moins par ce qu’il montre (impressionnant et froid mais finalement relativement attendu) que par l’écho qu’y trouve la chanson « For What It’s Worth » par Buffalo Springfield. Le ton est donné : on est dans un film au cynisme très poussé mais jamais complaisant, ancré dans une réalité (ici sonore) familière qui nous rattache assez directement à l’enjeu du film sans entrer dans la redondance.

Nicolas Cage est parfait dans ce rôle dur, épais mais avec assez de relief pour le teinter de plusieurs couleurs ; Jared Leto est un faux double attachant ; Ethan Hawke très bien dans ce rôle d’incorruptible jamais sanctifié. Le film peine un peu à prendre son rythme dans son début, puis, de scènes choc en luttes feutrées, finit sur un monologue implacable de Nicolas Cage, sommet et aboutissement d’une Å“uvre lucide et sombre, mais jamais vraiment désespérée.

Pour le reste, tout est très beaucoup mieux dit là… notamment sur les thématiques de Niccol et les enjeux des personnages. Alors je me tais et je choisis la facilité 🙂

Parcourez d’autres billets :