My Blueberry NightsMoi, c’est très simple, dès l’apparition de Jude Law avec Cat Power dans le fond, je suis cueillie, je suis dedans, à fond,
émotionnellement, ça ne tient à rien, c’est juste un assemblement de choses qui touchent juste, là. Et qui feront que, de temps à autre, un regard, inexpliquablement, me fera monter des larmes, un peu.

L’ensemble du film est à cette image. Le scénario est touchant, chaque partie étant plus émouvante que la précédente, mais, je dirais, l’essentiel n’est pas là. L’essentiel est dans la magie sensorielle qui est créée par tout, l’image, la musique, les couleurs, le montage, les acteurs. Tout est utilisé, tout se rejoint, et, tout doucement, s’assemble pour créer quelque chose d’unique, une « ambiance » bien particulière, mais le mot « ambiance » est trop faible.

La caméra se nourrit de tout ce qu’elle voit avec un amour et une gourmandise contagieux. Jude Law, Norah Jones, David Strathairn, Rachel Weisz… je donne la palme à Natalie Portman, avec ce look improbable qui lui donne l’air d’une adulte un peu passée, et avec cette émotivité qui surgit parfois et qui nous montre ce visage de petite fille, celui
qu’on connaît bien parce que la petite Matilda est toujours là quelque part. Elle a aussi, il faut dire, le personnage que je préfère, et qui a le plus d’interactions avec celui de Norah Jones… (leur relation, ainsi que sa conclusion, sont magnifiques)

S’il faut parler objectivement, en terme de qualité, In The Mood For Love est probablement au-dessus de ça ; le rapport n’est pas non plus le même parce que l’Amérique est un endroit qu’on voit sans cesse au cinéma, on a l’habitude… alors je ne sais pas, peut-être que pour certains ça paraît trop trivial, trop proche, trop « pub ».

Mais My Blueberry Nights m’a procuré quelque chose, quelque chose que je recherche quand je vais au cinéma et que je n’obtiens que très rarement : sortir de la salle et voir le monde différemment. Voir les flaques différemment, sentir le froid différemment, entendre les sons de la ville différemment.

Note : 5,5/6

Note : 5,5/6

Parcourez d’autres billets :