cloverfield.jpg
3_5

Il y a de trèèèèès très bonnes idées, dans ce film. Comme, par exemple et surtout, cette idée de la bande-vidéo par-dessus laquelle on a enregistré, et qui apparaît de temps à autre : la vie d’avant, un jour de bonheur à deux. D’abord anecdotique, puis touchant, puis franchement émouvant au fur et à mesure que la catastrophe s’aggrave.

Pour le reste, il y a le côté impressionnant d’assister à quelque chose de gigantesque à travers l’Å“il d’une toute petite caméra ; c’est là que le film justifie sa forme (contrairement à un [REC], par exemple).

Malheureusement, j’ai toujours du mal avec les caméras à l’épaule trop longues, et ça m’oblige à décrocher, là où le film aurait pu se poser parfois (ce n’est pas un compromis, ça s’appelle de l’art, il faut parfois « faire vrai » sans vraiment faire pour de vrai).

Parcourez d’autres billets :