brokenenglish.jpg
4_5

C’est vraiment un bien joli film, qui évite, je trouve, pas mal d’écueils du « film indé » justement. Je ne trouve ici ni tics ni trucs plaqués. J’y vois beaucoup de sincérité et de sensibilité, et en ce qui concerne le personnage principal, Nora : ça semble assez personnel sans que ce soit complaisant. C’est un peu l’anti-Sarah Marshall.

Je trouve que Parker Posey est super mimi, qu’elle ressemble à Rachel McAdams dans certaines poses ; quant à Melvil Poupaud, il est vraiment parfait en tous points, malgré son anglais amusant. Il y a aussi l’ami Justin Theroux, ce que j’ignorais, et que je trouve parfait lui aussi.

C’est une fille toute seule avec de petites angoisses et de petites histoires. C’est forcément un bout de n’importe quelle fille, je crois. Ça raconte de petites défaites, de grosses blessures, et de plus ou moins petites victoires… C’est vraiment très attachant. Certaines séquences sont quasi vides d’action mais extrêmement touchantes : je pense à la scène du repas avec sa mère – mais bon forcément moi dès que je vois Gena Rowlands je suis émue aux larmes.

Parcourez d’autres billets :