J’aime moyennement Batman Begins. Il y avait dans ce premier volet un sérieux un peu papal, des scènes d’actions moyennement lisibles, un Batman ridicule avec son modificateur de voix, et quelques phrases humoristiques affligeantes comme dans le pire nanar hollywoodien.

Là, on retrouve forcément ce manque de fantaisie, sous prétexte de traiter le héros et son mythe de manière réaliste. On perd même au change en ce qui concerne LA femelle de l’histoire : Maggie Gyllenhaal, étonnamment, est vraiment plus mauvaise et plus laide que Katie Holmes.

Mais, on a Michael Caine et surtout Gary Oldman, fantastiques dans leurs rôles, et puis, est-il besoin d’en parler, la performance (à prendre au sens positif du terme) de Heath Ledger, habité par son Joker d’une manière affolante.

Mon problème est ensuite justement sur ce personnage du Joker, que j’adore, vraiment, et qui du coup m’éclipse absolument tout le reste. Le reste ne m’intéresse pas, ou presque pas.

Fabuleux moment où le Joker retrouve Harvey Dent à l’hôpital, déguisé en infirmière. Ce sourire, ce plaisir de jouer, cette fantaisie dans le regard, c’est Heath Ledger et pourtant j’ai un instant l’impression de retrouver Jack Lemmon – autre génie dans son genre…

Parcourez d’autres billets :