4.png

Aux couleurs des années 70, ce film un peu tristoune parle de Stella, petite fille élevée par des parents tenanciers de bistrot.
En partie auto-biographique, le film est touchant, surtout grâce aux jeunes interprètes, naturelles et très bien dirigées.
Il y a de très beaux passages avec le père (Benjamin Biolay, très bien, mais sans grand-chose à jouer), quant aux passages à l’école, ils alternent entre pire cliché et moments touchants (le tableau).

Dommage que certains aspects soient si prévisibles, car le film parle plutôt bien de cette période délicate de la fin de l’enfance.

Parcourez d’autres billets :