4.png

Par rapport au premier volet (mon avis ici), on gagne ici en style, en qualité d’action, et on perd un peu en complaisance.

A part ça, rien de neuf à dire à part que Cassel, toujours un peu borderline quant à son interprétation excessive, est impressionnant, et surtout très drôle. Encore une fois (décidément, après Bond…) je trouve Amalric bon, même très bon je  dois l’avouer, car il apporte à son personnage une touche de quelque chose, une sorte de folie raisonnable, qui vient parfaitement contrebalancer les excès de Cassel-Mesrine. Parfait casting à ce niveau. Olivier Gourmet est lui aussi tout à fait délectable dans un rôle là encore assez drôle.

Peut-être que rire autant n’était pas le but, personnellement je trouve que l’humour est ce qu’il y a de plus réussi dans ce(s) film(s).

Fin un peu ratée, à cause du début de L’instinct de mort, en particulier… Plat et un peu acharné (la balle dans la tête insistante, mouais…)
Dommage de rester sur cette impression.

Parcourez d’autres billets :